L’huile essentielle de Gingembre (Zingiber officinale, rhizome) – Première partie

Citez comme : De Vuyst, Geert (1 juillet 2019) L’huile essentielle de Gingembre (Zingiber officinale, rhizome) – Première partie. Geert De Vuyst. https://www.geertdevuyst.fr/huile-essentielle-gingembre-zingiber-officinale/

L'huile essentielle de Gingembre
Première partie

Zingiber officinale

Synthèse (première partie)

  1. Le massage du corps : en absence de recherche, il est incertain si l’huile essentielle (HE) de Gingembre a une action stimulante par les voies cutanée, olfactif et respiratoire. L’huile offre, par association symbolique, un soutien possible en cas de symptômes d’asthénie physique et psychologique (état de fatigue généralisé). Une action stimulante éventuelle pourrait être associée à l’effet immunostimulante de l’huile. Reste à savoir si une application cutanée obtient un tel effet et de quelle façon cela se traduit en application thérapeutique.
  2. Le traitement local du système musculo-squelettique : des recherches cliniques sur les effets d’un extrait de gingembre (donc pas l’HE) par voie orale (donc pas cutanée) rapporte des résultats positifs, entre autres en cas d’arthrose (anglais: osteoarthritis) (réduction de la douleur et diminution des marqueurs inflammatoires dans le sérum sanguin), en cas de polyarthrite rhumatoïde (PR) (diminution du score DAS28 et résultats positifs en termes d’expression génique liée à l’immunité et à l’inflammation) ainsi qu’en cas de courbature musculaire (douleur musculaire d’apparition retardée, anglais: delayed onset muscle soreness, DOMS) (réduction de la douleur).
  3. La recherche sur l’application cutanée d’un extrait de gingembre (donc pas l’HE) est limitée et note une réduction possible de la douleur liée à l’arthrose, aux douleurs articulaires et aux courbatures (douleur musculaire d’apparition retardée).

L’huile essentielle (HE) de Gingembre est obtenue par distillation du rhizome de Zingiber officinale, une plante vivace aux fleurs jaune-violet atteignant un mètre de haut. L’arôme de l’huile essentielle est pointu, épicé, chaud, boisé et s’approche du Citron vert.

Ne pas confondre avec Zingiber cassumunar, synonyme de Zingiber montanum, connu sous le nom (thaï) plai, ni avec (anglais) Ginger lily (Hedychium spicatum), connu en Inde comme kapur-kachri, ni avec (anglais) White ginger lily (Hedychium coronarium), ces deux dernières espèces faisant parties du même genre Hedychium dans la famille des Zingibéracées.

  • néerlandais : Gember
  • anglais : Ginger
  • Famille botanique : Zingiberaceae (Zingibéracées)
  • Origine : Inde, Bénin, Madagascar
  • Prix : € 1,9/ml*
  • Arôme : herbe
  • Note : terre

* Les informations de prix sont basées sur les prix du marché en Belgique, TVA comprise.

Gingembre (Zingiber officinale) – Franz Eugen Köhler, Köhler’s Medizinal-Pflanzen

Composition chimique

Bien que le zingibérène soit le composant le plus important de l’HE Gingembre, la composition chimique peut varier considérablement selon le cultivar (Nampoothiri & et. al., 2012).

Composition (#OF6499):

  • monoterpènes : alpha-pinène (3,30%), camphène (10,11%), limonène (1,61%), bêta-phellandrène (voir 1.8 cinéole)
  • sesquiterpènes : béta-bisabolène (7,22%), alpha-zingibérène (26,45%), bêta-sesquiphellandrène (10,98%), alpha curcumine (3,71%)
  • oxydes terpéniques : 1,8-cinéole (rapporté avec le bêta-phellandrène) (7,89%)
  • autres : (E, E)-alpha-farnésène (4,20%), géranial + beta-sélinène (3,03%), néral (1,63%)

Un aperçu des applications courantes

Le Gingembre est utilisé depuis des siècles comme une herbe et une plante médicinale. Le Gingembre, comme le Curcuma et la Cardamome, a trouvé sa place dans la cuisine occidentale par la route des épices et est devenu un classique parmi les tisanes.

Le Gingembre est un médicament à base de plantes important dans l’Ayurveda : en sanscrit le Gingembre frais s’appelle andraka, le gingembre séché s’appelle sunthi. La voie d’administration principale est la voie orale. Chopra affirme que le « roi des épices » a une influence sur les trois éléments de la digestion : la digestion, l’absorption des nutriments et la défécation. Le Gingembre frais aide les perturbations du vata, le Gingembre séché aide à soigner les troubles du kapha (Chopra, 2010, pp. 215-216). Le remède ayurvédique Trikatu associe le Gingembre sec (shunthi), le Poivre long (pippali) et le Poivre noir (marica) pour favoriser l’appétit et la digestion, par voie orale (Chopra, 2010, p. 51) (Rhind, 2016, p. 217). Dans leur livret sur le yoga chez les enfants, Baudoux et Blondiau associent l’HE Gingembre à l’élément Terre (Blondiau, 2013, p. 77).

Le rhizome et l’huile essentielle sont connus pour leurs effets sur la digestion. L’huile essentielle est utilisée par voie orale comme tonique pour favoriser la digestion, comme stomachique (stimulant de l’appétit), comme antiémétique (contre les vomissements ou les nausées) (Rhind, 2016, p. 100), comme carminatif (favorisant l’expulsion des gaz intestinaux) (Baudoux D. , 2010, p. 288) et comme tonique sexuel (aphrodisiaque) (Baudoux D. , 2010, p. 288). Baudoux intègre l’HE Gingembre dans une synergie pour traiter la constipation, par voie orale aussi bien que par voie cutanée pour une appliquation sur le bas du dos, en mélange avec l’HE Bois de Hô (Cinnamomum camphora CT linalole, bois), l’HE Coriandre doux (Coriandrum sativum, feuille) et l’HE Pin sylvestre (Pinus sylvestris, aiguille) (Baudoux D. , 2010, p. 122).

Dans des études sur l’utilisation du Gingembre (extrait) en cas de nausées pendant la grossesse et pendant la chimiothérapie, l’utilisation par voie orale est considérée comme sans danger (Lete & Allué, 2016).

L’HE Gingembre peut être utilisé comme bronchodilatateur pour soigner l’asthme (Townsend & et. al., 2012) et en cas de bronchite chronique (Rhind, 2016, p. 136).

Le massage du corps

En massage du corps, l’action de l’HE Gingembre mentionnée ci-dessus sur le système digestif peut être extrapolée, par association symbolique, vers les terrains du psychisme et des émotions. Ainsi, l’HE Gingembre pourrait être utilisée en cas de fatigue, d’indécision et d’apathie (Rhind, 2016, pp. 216, 178), voir en cas de symptômes d’asthénie physique et psychologique (état de fatigue généralisé) (kyo, voir chapitre « Applications – Massage thérapeutique » – voir le livre). Par analogie avec les effets physiques sur le système digestif, Eidson affirme que l’HE Gingembre favorise la « digestion » des et l’adaptation aux réalités nouvelles (Eidson, 2000, pp. 123-126). En absence de recherche, il est toutefois incertain si l’HE Gingembre possède une action stimulante par les voies cutanée, olfactif ou respiratoire.

La médecine chinoise nous offre un point de vue intéressant. Mojay associe l’HE Gingembre principalement à l’élément Eau et lui attribue des propriétés réchauffantes, mises en oeuvre en états de froid. L’HE Gingembre renforce l’énergie yang des reins et joue donc un rôle dans les douleurs du bas du dos et en tant que tonique sexuel. Par l’action sur les reins, plus spécifiquement sur le Zhi (la volonté), l’HE Gingembre active la volonté, encourage à prendre des initiatives et restaure la capacité à prendre des décisions (Mojay, 1999, pp. 78-79).

Une action stimulante éventuelle pourrait être associée à l’effet immunostimulante de l’huile (voir chapitre « Domaines d’intervention thérapeutiques » – voir le livre). Reste à savoir si une application cutanée obtient un tel effet et de quelle façon cela se traduit en application thérapeutique.

Le Gingembre est inclus dans un article paru dans VRI-Phytomedicine en 2013 dans lequel des plantes médicinales indiennes dotées de propriétés immunomodulatrices sont énumérées (Ilango, Ananth, Dubey, & Agrawal, 2013). Les auteurs font référence à une étude dans laquelle l’HE Gingembre a été administrée à des souris in vitro et in vivo (par voie orale) et un effet immunostimulateur a été établi (Zhou, Deng, & Xie, 2006). Rhind cite une étude de 2009 qui montre un effet immunostimulateur après l’administration, par voie orale, de l’HE Gingembre (ainsi que l’HE Sauge officinale, Salvia officinalis et l’HE Giroflier, Syzygium aromaticum) à des souris dont le système immunitaire a été supprimé (Rhind, 2016, p. 128) (Carrasco & et. al., 2009). Cependant, le Gingembre ne figure pas dans une revue des plantes immunomodulatrices, connues dans la médecine traditionnelle indienne, paru dans le Journal of Microbiology, Immunology and Infection en 2012 (Kumar, et al., 2012), ni dans la sélection de plantes médicinales immunomodulatrices parue dans l’International Journal of Pharmacology & Toxicology indien (Savant, Joshi, Reddy, Mannasaheb, & Joshi, 2014).

Le traitement local – extraits de Gingembre, voie orale

Le Gingembre peut être employé pour des traitements locaux du système musculosquelettique. La plupart des études étudient l’application orale (donc non cutanée) d’un extrait de gingembre (donc pas de l’huile essentielle). Rhind cite des études sur les effets d’une administration orale d’extrait de Gingembre chez le rat (Sharma & et. al., 1994) (Rahmani & et. al., 2014) (Rhind, 2016, p. 87). Cependant, dans ce domaine un nombre de recherches cliniques sont disponibles, dans lesquelles les effets d’une administration orale d’un extrait de gingembre sont étudiés, autre autres, pour l’arthrose, les polyarthrites rhumatoïdes (PR) et les douleurs musculaires.

L’artrose

L’arthrose est une maladie dégénérative rhumatismale dans laquelle, en tant que thérapeute de massage, le traitement ne visera pas le cartilage touché par l’arthrose, mais cherchera à obtenir le soulagement de la douleur dans les zones environnantes (voir chapitre « Domaines d’intervention thérapeutiques » – voir le livre).

Le gingembre ne fait actuellement pas partie de la revue systématique des essais randomisés contrôlés Cochrane (anglais: systematic review of randomized controlled trial, RTC) sur les thérapies à base de plantes par voie orale pour l’arthrose, réalisée par Cameron et Chrubasik en 2014, un honneur qui revient à un extrait d’Encens indien (Boswellia serrata), destiné à soulager les symptômes de l’arthrose par application orale (Cameron & Chrubasik, 2014).

Étant donné que l’arthrose est une maladie à laquelle vous êtes fréquemment confrontée dans le cabinet de massage et que le massage thérapeutique peut certainement contribuer à soulager un certain nombre de symptômes, il me semble important d’explorer le rôle que le Gingembre peut jouer. Un certain nombre d’études mesure l’effet d’un extrait de Gingembre, par voie orale, à l’aide d’échelles visuelles analogiques et d’autres instruments de mesure à base de questionnaires. D’autres études (voir plus loin: Naderi et al.) mesurent des marqueurs inflammatoires dans le sérum sanguin.

Aux Etats-Unis, Altman et Marcussen étudient en 2001 les effets de la prise orale d’extraits de Gingembre séché (Zingiber officinale et Alpinia galanga) par 247 participants souffrant d’arthrose du genou, deux fois par jour pendant six semaines. Les auteurs notent une réduction modérée de la douleur avec des effets secondaires limités sur le tractus gastro-intestinal (Altman & Marcussen, 2001).

En 2005, Haghighi et ses collaborateurs signalent que l’extrait de Gingembre, administré par voie orale à des patients souffrant d’arthrose de la hanche ou du genou, à l’instar de l’Ibuprofène, un anti-inflammatoire non stéroïdien, atténue les symptômes de l’arthrose (Haghighi, Khalvat, Toliat , & Jallaei, 2005). Dans une étude menée par Blidal et al. cinq ans plus cette conclusion était moins évidente et l’effet de l’extrait de Gingembre ne pouvait être démontré qu’après l’application des méthodes statistiques au cours de la première période de traitement avant le croisement (dans le plan d’étude croisé ou étude crossover, anglais: cross-over) (Bliddal et al., 2000). En 2006, Haghighi compare un extrait de Gingembre à l’Indométacine, un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) chez 52 participants présentant l’arthrose du genou, et constate que le Gingembre était aussi efficace que l’Indométacine dans le soulagement des symptômes de l’arthrose du genou (Haghighi, Tavalaei & Owlia, 2006).

En 2011, Zakeri et al. évaluent l’effet de l’administration orale de deux gélules quotidiennes d’extrait de Gingembre à 250 mg, pendant six semaines, chez 204 participants atteints d’arthrose du genou. Au cours de l’étude, les participants sont invités à pratiquer des exercices du genoux. Les résultats sont mesurés à l’aide d’une échelle de douleur analogue visuelle et avec le WOMAC (anglais: Western Ontario and McMaster Universities Osteoarthritis Index), un questionnaire pour  l’arthrose du genou et de la hanche. Les auteurs notent une réduction plus importante de la douleur et des paramètres WOMAC (douleur, raideur et fonction physique) dans le groupe du Gingembre, par rapport au groupe de contrôle (avec une capsule placebo) (Zakeri, et al., 2011).

En 2017, une équipe iranienne autour d’Alipour compare les effets de la prise orale de deux comprimés quotidiens d’un extrait de 500 mg de Gingembre séché par des participants souffrant d’arthrose du genou, pendant 12 semaines, complété d’un traitement par un spécialiste orthopédiste. Le groupe d’étude et le groupe témoin ont reçu le traitement orthopédique. Les scores de douleur ont diminué après le traitement dans les deux groupes; les scores du groupe de Gingembre ont diminué plus fortement (Alipour et al., 2017).

En 2015, Naderi et al. étudient l’effet de la prise orale de deux gélules quotidiennes de 500 mg d’extrait de Gingembre, pendant 3 mois, par 100 participants atteints d’arthrose du genou. Les chercheurs mesurent les marqueurs inflammatoires dans le sérum sanguin et notent une diminution de l’oxyde nitrique et de la hs-CRP (protéine C-réactive ultra-sensible, anglais: high sensitive C-reactive protein) après trois mois (Naderi, Mozaffari-khosravi, Dehghan, Nadjarzadeh & Huseini, 2015).

La polyarthrite rhumatoïde (PR)

La PR est un trouble immunologique et est clairement le domaine du médecin spécialiste (rhumatologue). La RA est sûrement l’une des conditions les plus difficiles à gérer en massage thérapeutique. Vous pourriez articuler votre traitement non pas sur l’articulation touchée par la PR, mais en visant le soulagement de la douleur dans les zones environnantes (voir chapitre « Domaines d’intervention thérapeutiques » – voir le livre). Cependant, la condition est souvent si douloureuse qu’un traitement par le thérapeute de massage s’avère quasi impossible, même un visant un simple soulagement des symptômes.

Dans une étude récente de 2019, Iranian Aryaeian’s et al. etudient les effets de la prise orale de deux gélules de 750 mg de poudre de Gingembre, deux fois par jour pendant 12 semaines, par 63 patients atteints de polyarthrite rhumatoïde. Les auteurs évaluent le score DAS28 (score d’activité de la maladie, anglais: Disease Activity Score, qui mesure 28 articulations) et l’expression génique d’un certain nombre de gènes liés à l’immunité et à l’inflammation (RORγt, T-bet …). L’étude constate une diminution du score DAS28 et note des résultats positifs dans l’expression des gènes (Aryaeian, et al., 2019).

La douleur musculaire

En 2010, une équipe américaine étudie les effets à la fois d’un extrait sec de Gingembre (17 participants) et d’un extrait chauffé de Gingembre (20 participants), par voie orale, 2 grammes par jour au cours d’une période de test de 11 jours, sur la douleur musculaire ou la douleur musculaire retardée (anglais : delayed onset muscle soreness, DOMS) causée par un exercice excessif. Les auteurs notent une réduction similaire de la douleur 24 heures après l’exercice pour les deux extraits (Black, Herring, Hurley & O’Connor, 2010).

Le traitement local – extraits de Gingembre, voie cutanée

Les études sur l’application cutanée du Gingembre sont limitées. Je donne un bref aperçu de la recherche sur les applications cutanées d’un extrait de Gingembre en traitement de l’arthrose, des douleurs articulaires et des douleurs musculaires.

L’Arthrose

Le Gingembre n’est pas inclus dans la revue systématique des essais randomisés contrôlés Cochrane (anglais: systematic review of randomized controlled trial, RTC) sur les thérapies à base de plantes pour l’arthrose par application cutanée, réalisée par Cameron et Chrubasik en 2013.

De nombreuses plantes ayant un usage traditionnel en tant que herbe ou plante médicinale sont absentes de cet article. Les auteurs notent que « bien que le mécanisme d’action des plantes médicinales en application cutanée motive leur utilisation dans le traitement de l’arthrose, la qualité et la quantité des études sur l’éfficacité sont insuffisantes » (Cameron & Chrubasik, 2013).

Une étude menée en 2014 en Nouvelle-Zélande étudie les effets sur l’arthrose (anglais: osteoarthritis) d’une compresse et d’un patch de Gingembre. Le traitement consiste à placer une compresse chauffée (premier groupe) ou un patch (deuxième groupe) sur la région lombaire moyenne du dos, 30 minutes par jour pendant 7 jours consécutifs. Compresse et patch contiennent tous les deux 1 gramme de rhizome de Gingembre sec (Zingiber officinale). Les résultats sont mesurés à l’aide du questionnaire d’évaluation de l’état de santé modifié (anglais : Health Assessment Questionnaire) et ainsi qu’avec une échelle visuelle analogique de la douleur. Avec une taille limitée (20 participants), l’étude montre une réduction des symptômes de douleur et d’incapacité (anglais : disability) et une amélioration de plusieurs paramètres liés à la qualité de vie [1], notamment la fonction physique, la douleur et la satisfaction de la santé (Therkleson, 2013).

Ce qui est intéressant dans cette étude, c’est que l’application locale est faite sur une zone du corps qui est distante des parties du corps touchées par l’arthrose. Selon l’auteur, cela impliquerait une absorption systémique de l’extrait de Gingembre. Therkleson cite des recherches montrant l’absorption transcutanée des composants de l’extrait de Gingembre (en particulier les gingérols et les shogaols, voir deuxième partie), bien qu’ex vivo, par la peau humaine (Minghetti et autres, 2007).

La douleur articulaire

Une étude indonésienne de Rahayu et al. de 2016 compare l’effet de l’application d’une compresse de 20 grammes de Gingembre rouge frais (Zingiber officinale rosc. var. Rubrum) dans 200 ml d’eau (40° C), 20 minutes une fois par jour pendant sept jours, avec une serviette d’eau chaude (40 °C) chez 20 participants souffrant de douleurs articulaires. Les auteurs notent des scores de douleur inférieurs dans le groupe Gingembre par rapport au groupe témoin (Rahayu, Sri et Sunardi, 2017).

La douleur musculaire

D’autres recherches portent sur le Plai (Thai) (Zingiber cassumunar, synonyme de Zingiber montanum), une autre espèce du même genre Zingiber. Plai, en association avec d’autres herbes, est inclus dans la liste nationale des médicaments essentiels de Thaïlande (anglais : National List of Essential Medicines, NLEM) pour usage interne et externe (Chongmelaxme et al., 2017, p. 70). Une revue systématique de 2017 par Chongmelaxme et al. fait la cartographie des recherches sur les effets cliniques de Plai. Les auteurs ont examiné 808 articles et sélectionné six études, y compris quatre ECR (essai randomisé contrôlé). Dans la liste des indications cliniques, seule la réduction de la douleur semble être un effet prouvé. Bien qu’un certain nombre d’études montrent des résultats contradictoires, probablement en raison de différences dans la zone du corps touchée ou de l’intensité de la douleur, une crème à 14% de Plai provoque un soulagement de la douleur pour les douleurs musculaires et les douleurs liées à l’entorse de la cheville (Chongmelaxme, 2017).

A titre d’exemple, je m’attarde sur l’étude des douleurs musculaires citée par Chongmelaxme et al. En 2016, Manimmanakorn et al. étudient les effets d’une crème Plai (Zingiber cassumunar, synonyme de Zingiber montanum) à des concentrations de 7% et 14% sur la douleur musculaire ou la douleur musculaire retardée (anglais : delayed onset muscle soreness, DOMS). 75 participants ont effectué un exercice excentrique du quadriceps, suivi de l’application de deux grammes de crème toutes les huit heures pendant sept jours. La formule à 14% entraîne une réduction de la douleur musculaire (Manimmanakorn et al., 2016).

[1] Qualité de vie, la «qualité de vie liée à la santé» (QVLS) (anglais : Health-Related Quality of Life, HrQoL)

Lisez la deuxième partie : L’huile essentielle de Gingembre (Zingiber officinale, rhizome) – Deuxième partie

En deuxième partie, découvrez :

  • Les gingérols et les shogaols
  • TRPV1, le récepteur de la capsaïcine (anglais: capsaisin) ou du vanilloïde (anglais: vanilloid)
  • L’huile essentielle de Gingembre

Littérature

Dans ce texte, je fais référence à des analyse biochimiques. Un numéro de lot (par exemple: #OF22303) fait référence à une fiche d’analyse de Pranarôm International. Je cite également des chiffres issus d’analyses biochimiques dans  Essential Oil Safety de Tisserand et Young  (Tisserand & Young, 2014).

Alipour, Z., Asadizaker, M., Fayazi, S., Yegane, N., Kochak, M., & Zadeh, M. H. (2017, 1). The Effect of Ginger on Pain and Satisfaction of Patients with Knee Osteoarthritis. Jundishapur Journal of Chronic Disease Care, 6(1), e34798.

Altman, R. D., & Marcussen, K. C. (2001, 11). Effects of a ginger extract on knee pain in patients with osteoarthritis. Arthritis & Rheumatology, 44(11), 2531-8.

Aryaeian, N., Shahram, F., Mahmoudi, M., Tavakoli, H., Yousefi, B., & Arablou, T. (2019, 3). The effect of ginger supplementation on some immunity and inflammation intermediate genes expression in patients with active Rheumatoid Arthritis. Gene, 698.

Baudoux, D. (2010). Les cahiers pratiques d’aromathérapie selon l’école française – Volume 5 – Grossesse. Inspir.

Black, C. D., Herring, M. P., Hurley, D. J., & O’Connor, P. (2010). Ginger (Zingiber officinale) Reduces Muscle Pain Caused by Eccentric Exercise. The journal of pain: official journal of the American Pain Society, 11(9), 894-903.

Blondiau, C. (2013). Yoga pour les enfants et synergies d’huiles essentielles. Bruxelles: Editions Amyris.

Cameron, M., & Chrubasik, S. (2013). Topical herbal therapy for treating osteoarthritis. Cochrane Systematic Review, 5.

Cameron, M., & Chrubasik, S. (2014, 5). Oral herbal therapies for treating osteoarthritis. Cochrane database of systematic reviews, 5(5), CD010538.

Carrasco, F. R., & et. al. (2009, 8). Immunomodulatory activity of Zingiber officinale Roscoe, Salvia officinalis L. and Syzygium aromaticum L. essential oils: Evidence for humor- and cell-mediated responses. Journal of Pharmacy and Pharmacology, 61(7), 961-7.

Chongmelaxme, B., Sruamsiri, R., Dilokthornsakul, P., Dhippayom, T., Kongkaew, C., Saokaew, S., . . . Chaiyakunapruk, N. (2017). Clinical effects of Zingiber cassumunar (Plai): A systematic review. Complementary Therapies in Medicine, 35, 70-77.

Chopra, D. (2010). Het Ayurvedische kruidenboek van Deepak Chopra. Haarlem: Altima-Becht.

Dedov, V. N., Tran, V. H., Duke, C. C., Connor, M., Christie, M. J., Mandadi, S., & Roufogalis, B. D. (2002, 11). Gingerols: a novel class of vanilloid receptor (VR1) agonists. British Journal of Pharmacology, 137(6), 793–798.

Eidson, D. (2000). Vibrational healing. Berkeley, California, US: Frog Books.

Funk, J. L., Frye, J. B., Oyarzo, J. N., Chen, J., Zhang, H., & Timmermann, B. N. (2016, 6). Anti-Inflammatory Effects of the Essential Oils of Ginger (Zingiber officinale Roscoe) in Experimental Rheumatoid Arthritis. PharmaNutrition, 4(3).

Haghighi, A., Tavalaei, N., & Owlia, M. B. (2006, 6). Effects of ginger on primary knee osteoarthritis. Indian Journal of Rheumatology, 1(1), 3-7.

Haghighi, M., Khalvat, A., Toliat, T., & Jallaei, S. (2005, 8). Comparing the Effects of ginger (Zingiber officinale) extract and ibuprofen On patients with osteoarthritis. Archives of Iranian medicine, 8(4).

Ilango, K., Ananth, K., Dubey, G. P., & Agrawal, A. (2013, 9). Current status of Indian Medicinal Plants with Immunomodulatory potential – A Review. VRI- Phytomedicine, 1(2), 40-48.

Jolad, S. D., & et. al. (2004, 8). Fresh organically grown ginger (Zingiber officinale): Composition and effects on LPS-induced PGE2 production. Phytochemistry, 65(13), 1937-54.

Kamaliroosta, Z., & et. al. (2013). Isolation and Identification of Ginger Essential Oil. Journal of Food Biosciences and Technology, 73-80.

Kumar, D., Arya, V., Kaur, R., Bhat, Z., Gupta, V. K., & Kumar, V. (2012, 1). A review for immunomodulators in the Indian traditional health care system. Journal of microbiology, immunology, and infection, 45(3), 165-184.

Lakhan, S. E., Sheafer, H., & Tepper, D. (2016, 1). The Effectiveness of Aromatherapy in Reducing Pain: A Systematic Review and Meta-Analysis. Pain Research and Treatment 2016, 1-13.

Lete, I., & Allué, J. (2016, 3). The Effectiveness of Ginger in the Prevention of Nausea and Vomiting during Pregnancy and Chemotherapy. Integrative Medicine Insights, 11.

Li, L.-L., Cui, Y., Guo, X.-H., Ma, K., Tian, P., Feng, J., & Wang, J.-M. (2019, 1). Pharmacokinetics and Tissue Distribution of Gingerols and Shogaols from Ginger (Zingiber officinale Rosc.) in Rats by UPLC–Q-Exactive–HRMS. Molecules, 24(3), 512.

Macpherson, L. J., Dubin, A. E., Evans, M. J., Marr, F., Schultz, P. G., Cravatt, B. F., & Patapoutian, A. (2007, 3). Noxious compounds activate TRPA1 ion channels through covalent modification of cysteines. Nature, 445(7127), 541-5.

Manimmanakorn, N., Manimmanakorn, A., Boobphachart, D., Thuwakum, W., Laupattarakasem, W., & Hamlin, M. J. (2016). Effects of Zingiber cassumunar (Plai cream) in the treatment of delayed onset muscle soreness. Journal of integrative medicine, 14(2), 114-20.

Minghetti, P., Sosa, S., Cilurzo, F., Casiraghi, A., Alberti, E., Tubaro, A., . . . Montanari, L. (2007). Evaluation of the Topical Anti-Inflammatory Activity of Ginger Dry Extracts from Solutions and Plasters. Planta Medica, 73(15), 1525-30.

Mohaddese, M. (2019, 12). Zingiber officinale Rosc. essential oil, a review on its composition and bioactivity. Clinical Phytoscience.

Mojay, G. (1999). Aromatherapy for healing the spirit. Rocherster, Vermont: Healing Arts Press.

Naderi, Z., Mozaffari-khosravi, H., Dehghan, A., Nadjarzadeh, A., & Huseini, H. F. (2015, 1). Effect of ginger powder supplementation on nitric oxide and C-reactive protein in elderly knee osteoarthritis patients: A 12-week double-blind randomized placebo-controlled clinical trial. Journal of Traditional and Complementary Medicine, 3(3).

Nampoothiri, S. V., & et. al. (2012, 12). Comparison of Essential oil Composition of Three Ginger Cultivars from Sub Himalayan Region. Asian Pacific Journal of Tropical Biomedicine, 2(3), S1347–S1350.

Nejat, S., & et. al. (2006, 6). Effects of ginger on primary knee osteoarthritis. Indian Journal of Rheumatology, 1(1), 3-7.

Rahayu, H. T., Sri, N., & Sunardi, S. (2017). The Effectiveness of Red Ginger Compress Therapy (Zingiber officinale rosc. var. rubrum) on Elders with Joint Pain. Proceedings of the Health Science International Conference (HSIC 2017), 2, 374-380.

Rahmani, A. H., & et. al. (2014, 7). Active ingredients of ginger as potential candidates in the prevention and treatment of diseases via modulation of biological activities. International Journal of Physiology, Pathophysiology and Pharmacology, 6(2), 125-36.

Rahmani, A. H., & et. al. (2014, 7). Active ingredients of ginger as potential candidates in the prevention and treatment of diseases via modulation of biological activities. International Journal of Physiology, Pathophysiology and Pharmacology, 6(2), 125-36.

Rhind, P. J. (2016). Aromatherapeutic blending – Essential oils in synergy. London: Singing Dragon.

Salea, R., Veriansyah, B., & Tjandrawinata, R. R. (2016, 6). Optimization and Scale-up Process for Supercritical Fluids Extraction of Ginger Oil from Zingiber officinale var. Amarum. The Journal of Supercritical Fluids.

Savant, C., Joshi, N., Reddy, S., Mannasaheb, B., & Joshi, H. (2014). Immunomodulatory medicinal plants of india: a review. International Journal of Pharmacology & Toxicology, 4(2), 109-115.

Semwal, R. B., Semwal, D. K., Combrinck, S., & Viljoen, A. (2015, 7). Gingerols and shogaols: Important nutraceutical principles from ginger. Phytochemistry, 117.

Sharma, J., & et. al. (1994, 12). Suppressive Effects of Eugenol and Ginger Oil on Arthritic Rats. Pharmacology, 49(5), 314-8.

Smith, C. A., Collins, C. T., & Crowther, C. A. (2011). Aromatherapy for pain management in labour. Cochrane Database of Systematic Reviews(7).

Sritoomma, N., & et. al. (2014, 2). The effectiveness of Swedish massage with aromatic ginger oil in treating chronic low back pain in older adults: A randomized controlled trial. Complementary therapies in medicine, 22(1), 26-33.

Therkleson, T. C. (2013, 12). Topical Ginger Treatment With a Compress or Patch for Osteoarthritis Symptoms. Journal of Holistic Nursing, 32(3).

Townsend, E. A., & et. al. (2012, 10). Effects of Ginger and Its Constituents on Airway Smooth Muscle Relaxation and Calcium Regulation. American Journal of Respiratory Cell and Molecular Biology, 48(2).

Trevisani, M., & Gatti, R. (2013). TRPV1 Antagonists as Analgesic Agents. The Open Pain Journal, 6, (Suppl 1: M11) 108-118.

Yip, Y., & Tam, A. C. (2008, 7). An experimental study on the effectiveness of massage with aromatic ginger and orange essential oil for moderate-to-severe knee pain among the elderly in Hong Kong. Complementary Therapies in Medicine, 16(3), 131-8.

Zakeri, Z., Izadi, S., Bari, Z., Soltani, F., Narouie, B., & Ghasemi-rad, M. (2011, 8). Evaluating the effects of ginger extract on knee pain, stiffness and difficulty in patients with knee osteoarthritis. Journal of medicinal plant research, 5(15).

Zhou, H.-l., Deng, Y.-m., & Xie, Q.-m. (2006, 5). The modulatory effects of the volatile oil of ginger on the cellular immune response in vitro and in vivo in mice. Journal of Ethnopharmacology, 105(1-2), 301-5.

Cet article est protégé par le droit d’auteur. Contactez-moi si vous souhaitez utiliser un extrait.